Les avocats Berryer

Page précédente Page suivante

 

 

 

 

 

Pierre-Nicolas Berryer (1757-1841)

 Avocat

Pierre Nicolas Berryer

Né à Sainte-Menehould (Marne 51) le 22 mars 1757 et mort à Paris le 26 juin 1841. Il est le fils de Pierre Bichelberryer, marchand faïencier, et d'Anne Varroquier, fille d'un avocat de Givry. C'est le fils ainé d'une large fratrie de huit enfants. Comme on le voit, le nom a évolué, son grand-père se nommait Bichelberger, et était originaire de Sarreguemines (57). Sa généalogie complète figure dans ma base.

Dès l’âge de 17 ans, il quitte sa Champagne natale et débute à Paris en demandant de l'aide à son cousin Charles Delacroix où il fait l’apprentissage du droit.

Sainte Menehould.jpg

Charles Delacroix (Né à Givry-en-Argonne (Marne 51) le 15 avril 1741, décédé à Bordeaux le 26 octobre 1805) est en effet avocat. Premier commis de Turgot qui le chassa « peu honorablement » (Mémoires de la Revellière), il fut ensuite élu par la Marne à la Convention où il siégea à la Montagne et vota la mort du roi. Resté neutre dans la lutte entre Girondins et Montagnards, il fut un ardent thermidorien après la chute de Robespierre. Sa mission dans les Ardennes et la Meuse souleva de vives protestations en raison de l'épuration qu'il pratiqua parmi les autorités constituées. Élu au Conseil des Anciens, il fut ministre des relations extérieures sous le Directoire, puis ambassadeur en Hollande. Sous le Consulat, il fut nommé préfet des Bouches-du-Rhône, puis de la Gironde. Charles est (au moins, officiellement...) le père d'Eugène Delacroix, le célèbre peintre. Leur généalogie complète figure dans ma base.

Charles Delacroix  Eugène Delacroix

Pierre-Nicolas est reçu avocat au Parlement de Paris en août 1778, et se spécialise alors dans les plaidoiries d’affaires commerciales. Dès ses débuts dans le barreau, il est salué par ses confrères, les Target, les Tronchet, les Gerbier comme un avocat plein de promesses.

La période révolutionnaire l’empêche d’accomplir sa tâche d’avocat (les suspects n’ont pas droit à la défense...) il travaille alors comme agent des bureaux du Trésor, puis plaida les causes issues de la dépréciation de la monnaie et de la capture de navires étrangers. Il fût tout de même menacé de mort. Après la réaction thermidorienne, il reprend sa carrière.

Durant le Consulat, il a à conseiller un opposant au régime de Bonaparte, le général Victor Moreau. Sous l'empire, il devient l’avocat des adversaires de Napoléon : le général Monet, le général Pierre Dupont de l’Etang, le général Vedel. Il plaida aussi en 1812 pour le maire d’Anvers accusé de malversation et obtient l’acquittement – mais depuis Dresde, Napoléon fait casser le procès. Après l’affaire Malet, il défend Joseph Guival, opposé à l’empereur, qui sera fusillé en 1812. Quelques années plus tard il remporta un grand succès dans le procès Fauche-Borel, ancien agent des Bourbons, sous la Révolution et l’Empire ; comme le journaliste Perlet. Il fut décoré de la croix de l'ordre de Malte.

Après la chute de l’Empire, Berryer se sent plus libre de paroles et moins menacé, quoique ruiné . Il défend  en 1815 devant la Cour de Justice (i.e. des Pairs de France, l'équivalent de nos sénateurs), de concert avec son fils Pierre-Antoine et Dupin aîné, le maréchal Ney, qu'il ne peuvent néanmoins sauver. Presque sexagénaire au moment du procès, ayant contre lui toutes les passions de l'époque, il approche du terme d'une carrière commencée sous de brillants auspices. Dans ses mémoires intitulées « Souvenirs de M. Berryer, doyen des avocats de Paris de 1774 à 1838 », il rappelle qu'il n'a pu parvenir au Bâtonnat pour avoir sous Louis XVIII défendu le Maréchal Ney qui avait rejoint Napoléon durant les Cent Jours. « J'avais pourtant satisfait, dit-il, à tous les devoirs de bienséance, avant de me charger de la défense du Maréchal. Ayant mon deuxième fils au nombre des gardes du corps, je l'avais chargé de remettre au Roi une lettre de déférence. Le Roi m'avait fait répondre par M. le Chancelier dans des termes rassurants pour mon indépendance... ».

Le Maréchal Ney Le Maréchal Ney Mort Le Maréchal Ney

Google eu la gentillesse de numériser ces mémoires, vous pourrez donc les lire iciSouvenirs Pierre Nicolas Berryer.

De son mariage avec Anne-Marie Gorneau, fille du patriarche de la juridiction commerciale, il eut quatre enfants :

 

Généalogie patronymique

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pierre-Antoine Berryer (1790-1868)

 Avocat, Député, Académicien

Pierre-Antoine Berryer

Pierre Antoine Berryer naît à Paris le 4 janvier 1790. Son père, Pierre Nicolas Berryer, est un avocat réputé, conseiller au Parlement. Après avoir fait ses études au Collège de Juilly, rouvert et placé sous l’autorité de l’ordre des Oratoriens en 1796, lui aussi est admis au barreau à l’âge de vingt et un ans. La même année, le 10 décembre 1811, le jeune magistrat épouse Caroline Gauthier, fille d’un directeur de la Marine et de la Guerre. Berryer ne tarde pas à affirmer ses opinions royalistes, offrant pendant les Cent Jours ses services au comte de Provence, futur Louis XVIII. Pendant les premiers mois de la seconde Restauration, alors que la violence des partisans du roi se déchaîne dans les départements du Sud, l’avocat se met au service d’anciens dignitaires de l’Empire. Avec son père et Dupin l’aîné, il se charge de la défense du maréchal Ney devant la Chambre des Pairs. Celui-ci est néanmoins exécuté le 7 décembre 1815. L’année suivante, Pierre Antoine Berryer plaide également en faveur des généraux Debelle et Cambronne. Il obtient cette fois-ci leur acquittement, seules peines de prison étant prononcées à leur égard.

Dans les années qui suivent, l’avocat se met au service des journalistes dans les affaires qui les opposent aux autorités. La législation sur la presse se fait en effet très contraignante à l’égard des journaux d’opinion, avec l’installation de « l’autorisation préalable ». Il défend également les généraux Canuel et Donnadieu, qui avaient pris la tête de la répression des insurrections de Grenoble en 1818 et de Lyon en 1820. On accuse ces derniers de violences excessives. La question religieuse le préoccupe également. Pierre Antoine Berryer est favorable à l’action du Drapeau blanc, un journal d’opinion de tendance ultra-légitimiste, qui fait paraître une série d’articles contre l’esprit de l’Université royale. En 1827, il publie d’ailleurs une brochure contre l’ordonnance qui soumet les petits séminaires à l’inspection de cette dernière. L’année précédente, Félicité de Lamennais bénéficie des ses services. Le prêtre avait fait paraître un essai, De la religion considérée dans ses rapports avec l’ordre politique et social, dans lequel il se prononçait pour une subordination du pouvoir temporel au pouvoir spirituel, celui du Pape. Ces opinions ultramontaines lui valent des poursuites et l’hostilité des catholiques gallicans.

L’avocat se décide bientôt à entrer en politique afin de défendre ses idées. Depuis 1822, Berryer occupe les fonctions de vice-président du collège électoral du deuxième arrondissement de la Seine. A ce titre, il prend part à la rédaction de l’ordonnance du 20 novembre 1822 portant révision des règlements du barreau. A la mort de Chabron de Solihac, député de la Haute-Loire, le parti ultra songe à lui. Élu le 26 janvier 1830 avec une forte majorité, Pierre Antoine Berryer refuse néanmoins de faire partie du cabinet dirigé par le prince de Polignac. Le 9 mars suivant, le jeune député entre à la Chambre et fait son premier discours devant l’ensemble des parlementaires. Répondant à l’« Adresse des 221 », rédigés par une partie d’entre-eux et qui dénonce la pratique autoritaire du pouvoir par Charles X, il s’agit pour lui de prendre la défense de la couronne. Écoutant Berryer, Pierre-Paul Royer-Collard, le chef de file des « Doctrinaires », s’écrit alors : « Voilà une puissance ».

Peu après, pour faire face à une Chambre hostile à sa politique, le roi use de son droit de dissolution, avant de tenter un coup d'État. Quatre ordonnances contraires à l'esprit de la Charte et publiées le 25 juillet 1830 dans un contexte de crise économique déclenche une émeute dans Paris, le 27 juillet suivant. Tandis qu'une Commission municipale instituée dès le 28 juillet suivant organise l'insurrection, les agissements des libéraux amènent alors le duc d'Orléans, cousin de Charles X, au pouvoir. Nommé le 30 juillet « Lieutenant général du royaume » par les députés, Louis-Philippe est bientôt proclamé roi des Français. Il forme le 1er août un nouveau gouvernement placé sous son autorité, tandis que le roi déchu et sa famille prennent le chemin de l'exil. Aux cotés de François-René de Chateaubriand, Berryer proteste à la Chambre, déclarant le 7 août suivant que celle-ci n’avait pas qualité pour délibérer de la vacance du trône ou élire un monarque. En vain, après la Restauration, un nouveau régime s’installe, la Monarchie de juillet, dans lequel l’avocat, qui demeure partisan de la branche aînée des Bourbons, fait désormais figure d’opposant.

Il combat tout d’abord la mise en accusation des anciens ministres de Charles X – Polignac, Peyronnet, Chantelauze et Guernon de Ranville – , qui sont condamnés par la Chambre des Pairs à l'internement à vie dans la prison de Ham, le 21 décembre 1830. L’année suivante, le 5 juillet 1831, Pierre Antoine Berryer est réélu député dans son fief de Haute-Loire. Au sein du parti légitimiste, il s’oppose notamment à l’abolition de l’hérédité de la pairie, votée le 29 décembre 1831. Loin donc de se résigner à « l'exil intérieur », l’avocat choisit de nouveau la voie de l'expression parlementaire, refusant l’insurrection que prônera le général Auguste de La Rochejacquelein. A ce titre, il part à la rencontre de la duchesse de Berry et tente de la dissuader d’organiser un soulèvement dans le bocage vendéen. Arrêté et placé en détention à Nantes, Berryer est renvoyé devant le jury du Loir-et-Cher, la cour d’Assises de Blois qui l’acquitte. L’avocat s’attache ensuite à défendre Chateaubriand, emprisonné pour avoir milité en faveur de la libération de la parente du souverain déchu.

Le 21 juin 1834, aux élections législatives, il est désigné dans quatre collèges différents pour un nouveau mandat. Ayant opté pour le département des Bouches du Rhône, Pierre Antoine Berryer se rend à Marseille, recevant dans la cité phocéenne un accueil enthousiaste. Il est vrai que l’opposition au gouvernement de Louis-Philippe demeure encore très présente, notamment dans le Midi méditerranéen. L’année suivante, toujours fidèle à son roi, il effectue un voyage à Prague, jusqu’au Hradschin, le château des rois de Bohème, où réside à présent Charles X. Berryer sera ensuite reçu par l’Empereur d’Autriche. De retour en France, il apprend en 1836 la mort du souverain déchu. Partageant son existence entre ses activités politiques et son métier d’avocat, celui qui est désormais le chef de file du parti légitimiste fait partie « du conseil de défense » de Louis-Napoléon Bonaparte. Le prétendant bonapartiste comparait devant la Chambre des Pairs du 26 septembre au 6 octobre pour sa tentative de coup d’État à Boulogne. Le 27 novembre 1843, il fait partie des quelques notables reçus par le comte de Chambord à Londres, dans son hôtel de Belgrave Square. Ayant prêté serment de fidélité au prétendant, Berryer doit affronter à son retour en France l’hostilité conjuguée de la Chambre et du gouvernement, qui lui donne un blâme. Commence néanmoins pour Berryer un nouveau combat.

Avec l’avènement de la Seconde République, au mois d’avril 1848, il est élu représentant du peuple à l’Assemblée constituante, toujours dans les Bouches du Rhône, un mandat qui sera renouvelé l’année suivante. A l’Assemblée législative, Pierre Antoine Berryer siège à droite et manœuvre afin de réaliser l’union des royalistes, face aux républicains et au parti de l’Élysée. Celui-ci regroupe les parlementaires partisans du président Louis-Napoléon Bonaparte. Certains de ses amis, le comte de Falloux notamment, se rendent à cette fin aux réunions du « Comité de la rue de Poitiers », regroupant quelques hommes en vue et que domine les orléanistes avec Adolphe Thiers et Alexis de Tocqueville. Depuis le mois de décembre 1850, celui-ci fait d’ailleurs parti, aux cotés de Pierre Antoine Berryer, du cercle qui se réunit chaque semaine chez le marquis de Pastoral, place de la Concorde, afin de défendre les intérêts de la monarchie. Ces derniers croient toujours possible une restauration sur le trône de la branche aînée des Bourbons. L’été précédent, à la Chambre, au retour d’un voyage à Wiesbaden pour saluer le comte de Chambord, Berryer parle ainsi à ses collègues de celui « qui ne peut rentrer en France sans être le premier des Français ». Le 30 août 1850 cependant, le ce dernier s'adresse dans la « Circulaire de Wiesbaden » aux représentants du parti légitimiste et déclare se réserver la gestion de ses intérêts. Ce n’est que la première des nombreuses déclarations d’intention du prétendant, celle-ci prenant néanmoins de cours ceux qui lui sont dévoués, au premier rang desquels se trouve Berryer.

Le 15 janvier 1851, l’orateur monte une nouvelle fois à la tribune du Corps législatif et pose la question de la monarchie. L’heure cependant est à l’opposition entre les deux pouvoirs, législatif et exécutif. Désireux de se maintenir en ses fonctions de président, Louis Napoléon Bonaparte tente en vain d'influer pour l'abrogation de l'article 45 de la Constitution du 4 novembre 1848. Celui-ci stipule que le Président de la République, élu pour quatre années, n'est pas immédiatement rééligible. Il lui faut donc recourir à la force. Un coup d'État est organisé les 1er et 2 décembre 1851, date de la victoire d'Austerlitz et du sacre de l'Empereur, Louis-Napoléon Bonaparte souhaitant placer les événements sous les auspices de Napoléon Ier. Malgré quelques résistances à Paris, dans les régions du Centre et du Sud-Est les jours suivant, Louis Napoléon Bonaparte et ses partisans s'imposent en organisant la répression. Berryer figure parmi les députés protestataires qui se réunissent à la mairie du dixième arrondissement et votent la déchéance du chef de l’exécutif. Arrêté, il est alors conduit à la caserne du Quai d’Orsay et, de là, à Vincennes. Remis enfin en liberté, le député royaliste, à la différence notamment de Charles de Montalembert, délaisse le Corps législatif, où toute opposition est désormais rendue impossible, et retourne au barreau.

Academie FranšaiseD

Le 12 février 1852, Pierre Antoine Berryer est élu à l’Académie française, en remplacement du comte de Saint-Priest ; c'est désormais le seul lieu public d’opposition au pouvoir de Napoléon III. Il demande cependant d’être exempté de la visite officielle à l’Empereur, en prétextant qu'il serait peut-être désagréable à Louis-Napoléon Bonaparte de se retrouver en face de son ancien avocat… C’est en 1863 qu’il effectue son retour à la vie politique, celle-ci se libéralisant peu à peu, au Corps législatif notamment. Elu député à Marseille, Berryer figurera de nouveau pendant ses années de mandat dans l’opposition. Il s’attache ainsi à protester contre le désordre des finances, demandant la baisse des crédits consacrés aux armées, proteste également contre l’attitude du gouvernement dans l’affaire des emprunts mexicains. En 1868, l’avocat soutient un de ses jeunes collègues du barreau, Jules Ferry, qui venait de rédiger une série d'articles pour le journal Le Temps dénonçant avec virulence l'éventrement et la curée du vieux Paris par l’omnipotent préfet de la Seine, Georges Eugène Haussmann. En 1865, Berryer est invité outre-Manche par ses collègues anglais, Lord Brougham notamment. A Londres, pendant le banquet donné en son honneur, Berryer répond alors aux manifestations de sympathie en célébrant les bienfaits de la liberté que permet la monarchie et l’équilibre des institutions.

Souffrant au début de l’année 1868, il se décide à quitter la capitale et gagne sa propriété d’Augerville-la-Rivière, dans le Loiret. Acheté en 1825, Pierre Antoine en fit un endroit à la mode (et quelque peu sulfureux si l'on en croit la réputation de libertinage du lieu...) et y recevit ses amis : Eugène Delacroix (son cousin), Alfred de Musset, Lacordaire, Rossini, Liszt, Chateaubriand, Alexandre Dumas fils...

Chateau d'Augerville Musset Delacroix Berryer

De là, le 18 novembre, celui qui pendant plus de quarante années s’était dévoué à la cause des Bourbons, fait parvenir au comte de Chambord cette dernière missive :

« O Monseigneur, O mon Roi, on me dit que je touche à ma dernière heure.
Je meurs avec la douleur de n’avoir pas vu le triomphe de vos droits héréditaires, consacrant le développement des libertés dont la France a besoin.
Je porte ces vœux au Ciel pour Votre Majesté, pour Sa Majesté la Reine, pour notre chère France.
Pour qu’il soit moins indigne d’être exaucé par Dieu, je quitte la vie armé de tous les secours de notre Sainte Religion.
Adieu Sire, que Dieu vous protège et sauve la France.
Votre fidèle et dévoué sujet, Berryer.
 »

Pierre Antoine Berryer décède quelques jours plus tard, le 29 novembre 1868.

Les œuvres de Pierre-Antoine ont été présentées en 1872 et en 1876 par les soins du duc de Noailles, 8 volumes dont 5 de discours parlementaires et 3 de plaidoyers.

Biographie par Marc Nadaux ©Anovi et Olivier Berruyer

Généalogie patronymique

Pierre Antoine Berryer.jpg

 

Page précédente Page suivante

Cette page a été actualisée le 15/08/2006.

Valide selon XHTML 1.0 Valide selon CSS 2